Soulager et prévenir la sciatique avec l’ostéopathie

Soulager et prévenir la sciatique avec l’ostéopathie

La sciatique est l’une des dorsalgies les plus fréquentes puisqu’elle représente 5 à 10 % de celles-ci(1). Reconnaissable à sa douleur vive qui suit le trajet du nerf du même nom, elle peut aisément être prise en charge par un ostéopathe qui vous soulagera efficacement et vous aidera à éviter les récidives. 

Je vous présente : le nerf sciatique

Le nerf sciatique, plus gros nerf de notre organisme d’un diamètre proche de celui de notre pouce, est « mixte », c’est-à-dire qu’il est à la fois responsable de la sensibilité et de la mobilité des membres inférieurs. Cela explique pourquoi l’irritation du nerf entraîne à la fois de la douleur, qui peut être accompagnée d’une hyposensibilité dans les jambes, et une perte de tonus au niveau de celles-ci.

Pour comprendre ce qu’est véritablement la sciatique, il faut faire appel à quelques notions d’anatomie. Le trajet du nerf sciatique démarre au niveau du dos et descend dans la jambe en passant par l’arrière du bassin. De la même façon que la névralgie d’Arnold avec le nerf du même nom, la douleur de la sciatique suit le trajet du nerf et c’est la raison pour laquelle les personnes atteintes disent la ressentir au niveau de la fesse avec diffusion dans la jambe. Lorsque la douleur « remonte » vers le bas du dos, on parle alors de « lombosciatique ». Dans tous les cas, elle est plus vive lorsque la personne est assise ou soulève un objet lourd, et s’atténue lorsqu’elle est allongée.

Quand le nerf sciatique ne se laisse pas écraser

Dans 9 cas sur 10, l’origine de la sciatique est une hernie discale, sur l’une des racines du nerf, soit au niveau de la cinquième vertèbre sacrée, soit au niveau de la première vertèbre lombaire. Dans le cas d’une hernie, le disque intervertébral vient faire saillie sur le nerf, ce qui déclenche la douleur. Une chute ou un choc au niveau des lombaires peut également créer des dommages au niveau des racines du nerf, de la même façon que la répétition de certains mouvements qui sollicitent trop les vertèbres lombaires (port de charges…).

La douleur de sciatique est également fréquente chez les femmes enceintes. En effet, les modifications que le corps de la femme subit durant la grossesse entraînent des changements posturaux, visant à compenser le déséquilibre provoqué par le poids du bébé. Or, cette adaptation crée des tensions au niveau du bas du dos qui peuvent irriter le nerf sciatique et générer des douleurs. Dans ce cas, on parle plutôt de « sciatalgie », car le nerf n’est pas comprimé et au contraire d’une « vraie » sciatique, celle liée à la grossesse disparaît d’elle-même après l’accouchement.

Quand « approche ostéopathique » rime avec : « Bye ! Bye ! Sciatique ! »

La sciatique est un motif très courant de consultation chez l’ostéopathe. Son approche naturelle, qui exclut toute médication, est particulièrement intéressante durant la grossesse puisque la présence du fœtus empêche de recourir, par exemple, aux antalgiques. La femme enceinte peut donc être soulagée grâce aux manipulations douces du praticien. Lorsqu’un patient vient consulter pour une douleur de sciatique, une anamnèse est menée pour aider à comprendre les conditions de la survenue de la douleur et identifier la cause de celle-ci. Ensuite, l’ostéopathe traite les zones douloureuses en recherchant les tensions au niveau de la colonne vertébrale, puis en descendant le long des jambes.

Afin de maximiser les bénéfices de la séance, l’ostéopathe peut être appelé à conseiller son patient sur la mise en place d’actions préventives. Ainsi, il pourra lui expliquer comment soulager ses lombaires en position assise ou lorsqu’il soulève des objets lourds. Il pourra également l’encourager à faire du renforcement musculaire pour muscler son dos. En ce qui concerne plus particulièrement les femmes, il existe deux gestes très efficaces pour éviter le retour ou le déclenchement d’une sciatique qui sont : l’élimination des hauts talons et le remplacement du sac à main par un sac à dos porté de façon équilibrée sur les deux épaules.

Selon le vieux dicton « mieux vaut prévenir que guérir », le traitement de la sciatique passe avant tout par la prévention. Ainsi, la pratique d’une activité physique, ainsi qu’une prise en compte des besoins de votre dos, peuvent vous éviter de déclencher la douleur. Si malgré toutes vos précautions, celle-ci survient, prenez rendez-vous sans attendre avec un ostéopathe afin d’être soulagé rapidement de votre sciatique.

Les conseils donnés dans cet article ne se substituent, en aucun cas, à un diagnostic posé par un médecin ou par tout autre professionnel de santé, ni à un traitement médical.

Source (1) B.W. Koes, M.W. van Tulder et W.C. Peul, « Diagnosis and treatment of sciatica », BMJ, vol. 334,? 2007, p. 1313-1317

Gaëlle

Related Posts

L’ostéopathie pour retrouver un cou en pleine santé après un whiplash

L’ostéopathie pour retrouver un cou en pleine santé après un whiplash

Quel est le rôle et le champ d’action de l’ostéopathe ?

Quel est le rôle et le champ d’action de l’ostéopathe ?

Le tour de main de l’ostéopathe pour contrer le tour de rein

Le tour de main de l’ostéopathe pour contrer le tour de rein

L’ostéopathie pour transformer le stress en zénitude

L’ostéopathie pour transformer le stress en zénitude

No Comment

Laisser un commentaire