Devenir ostéopathe : comment y arriver ?

Devenir ostéopathe : comment y arriver ?

L’ostéopathie est le nom générique donné aux maladies osseuses. Il désigne aussi la médecine douce visant à manipuler manuellement le système musculo-squelettique afin de soulager les troubles fonctionnels. En France, cette activité est réglementée depuis 2007. On compte plus de 26 000 professionnels pratiquants selon les récentes enquêtes, et ce chiffre pourrait évoluer les prochaines années. En effet, beaucoup aspirent au métier d’ostéopathe. Si vous en faites partie, voici comment le devenir.

Le métier d’ostéopathe en quelques mots 

Vous l’avez sans doute compris, l’ostéopathe est le spécialiste de l’ostéopathie. Encore appelé ostéo, son travail consiste à réhabiliter l’ensemble du corps humain au moyen de méthodes thérapeutiques incluant la manipulation des os, des muscles et des articulations. Ce professionnel se sert uniquement de ses mains pour soulager les troubles musculo-squelettiques de ses patients. Ses mouvements sont lents, jamais violents.

La consultation chez ce spécialiste démarre toujours par une phase passive requérant une suite de questions posées au patient. Cette phase permet à l’ostéo de recueillir une bonne quantité d’informations sur les malaises et les troubles indiqués. Il fait ainsi le point des antécédents et des précédents traitements du patient et le pousse à décrire précisément les symptômes ressentis.

L’ostéopathe procède ensuite aux palpations et effectue des massages lents et méticuleux sur le corps du malade : c’est la phase active. Il recherche en fait des zones de blocage, des points douloureux sur la colonne vertébrale, les membres, les viscères, les articulations… Il se peut qu’il ait également recours à des tractions, des rotations, des étirements et même à des poussées sans toutefois se montrer violent.

Aujourd’hui, les ostéopathes sont de plus en plus consultés pour des cas de lombalgies, d’arthrose, de sciatique, d’entorses ou de tendinites. Mais ils peuvent aussi intervenir en cas de troubles d’ordre digestifs, urinaires, psychologiques (dépression, stress, anxiété, etc.) et même ORL.

Du fait de sa polyvalence, l’ostéo est sollicité par diverses catégories de patients. On parle de sportifs, de cadres d’entreprises, de personnes à mobilité réduite, etc. Il s’agit aujourd’hui d’un secteur hautement concurrentiel avec une augmentation de 16 000 praticiens en 10 ans.

Les qualités requises pour devenir un ostéopathe

Devenir ostéopathe nécessite certaines qualités. En effet, pour répondre aux exigences du métier, un ostéo doit pouvoir se servir habilement de ses mains : ce sont ses principaux outils de travail. Il doit être patient, calme et empathique afin de déceler les véritables maux de son patient. L’autonomie et un sens aigu du relationnel sont également préconisés ; sans oublier une bonne forme physique au quotidien et surtout, la maîtrise du savoir-faire technique de l’ostéopathie.         

Quelles formations pour devenir ostéopathe ?

Si vous vous sentez prêt à embrasser une carrière dans le domaine de l’ostéopathie, découvrez dans les lignes suivantes le parcours à suivre.   

La nécessité du baccalauréat    

Il est impossible de devenir ostéopathe sans le baccalauréat. La réglementation du secteur oblige les aspirants au métier à obtenir ce premier grade universitaire afin de s’inscrire dans une école d’ostéopathie. Le BAC est en gros le niveau d’étude requis pour intégrer un tel établissement.  

La formation initiale dans une école agréée

Une fois le baccalauréat en poche, il faut s’inscrire pour poursuivre sa formation dans une école d’ostéopathie agréée. Ladite formation sera sanctionnée par un diplôme d’ostéopathe abrégé « DO ». Les normes en vigueur exigent que les formations en ostéopathie soient dispensées par des structures spécialisées agréées par le Ministère de la Santé. Une condition obligatoire, car pour devenir praticien, il faut intégrer le cadre légal encadrant le métier d’ostéopathie en France.

Retenez par ailleurs que les études pour obtenir un DO durent 5 ans en temps plein. Les premières années sont consacrées aux études théoriques et pratiques. Les deux dernières années par contre se concentrent uniquement sur l’apprentissage pratique avec 1 500 heures de formation en clinique et la rédaction d’un mémoire de fin de formation.                  

La formation continue pour les professionnels  

Les professionnels (infirmiers, docteurs, sages-femmes, kinésithérapeutes…) qui souhaitent se tourner vers l’ostéopathie ont la possibilité de suivre des formations professionnelles d’ostéopathie. Ces formations les dispensent de certains cours comme l’anatomie ou la biologie afin qu’ils puissent se consacrer exclusivement aux cours de pratique ostéopathique. La durée de la formation sera ainsi plus courte et ils pourront obtenir le DO plus vite. On parle de 2 600 heures maximum pour cette catégorie de personnes contre 5 000 heures environ pour les bacheliers.     

Adèle

Related Posts

L’ostéopathe : le meilleur allié de votre bébé

L’ostéopathe : le meilleur allié de votre bébé

Des solutions naturelles pour soutenir son périnée

Des solutions naturelles pour soutenir son périnée

L’ostéopathe pour vous réconcilier avec votre arthrose

L’ostéopathe pour vous réconcilier avec votre arthrose

Comment soigner naturellement les tendinites du sportif ?

Comment soigner naturellement les tendinites du sportif ?

No Comment

Laisser un commentaire